Le mot du Président

Depuis 2011, grâce aux efforts et à la détermination du gouvernement, la République de Guinée a retrouvé une stabilité politique et macroéconomique propice à l’accélération de son développement durable et inclusif.

Ces efforts ont certes été ralentis par la crise sanitaire d’Ébola et par la chute du prix des matières premières mais l’économie guinéenne s’est montrée d’une résilience exceptionnelle. Nous avons su poser les bases d’une relance rapide et efficace tout en poursuivant notre engagement chevronné pour l’amélioration du climat des affaires. Nous avons été récompensés par une reprise très forte de la croissance et de l’investissement étranger dès 2016.

Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert pour accélérer notre dynamisme économique et notre développement. La Guinée a connu une croissance de 6,6% en 2016 et s’attend à 10,2% à l’horizon 2020. Elle bénéficie de l’un des taux d’endettement les plus faibles de la région, lui permettant d’accroitre ses investissements dans les infrastructures vitales. Par ailleurs, nos indicateurs de gouvernance sont en constante amélioration depuis 2013. Grâce aux nouvelles lois votées par l’Assemblée nationale l’été dernier –nouvelle loi cadre pour les partenariats publics-privés et loi anti-corruption – nous devrions continuer à fortement progresser dans le classement Doing Business.

Suite à de nombreuses consultations avec les différentes parties prenantes guinéennes et avec le soutien des bailleurs de fonds, notamment de la Banque Africaine de Développement et du Programme des Nations Unies pour le Développement, la Guinée a mis au point un Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) pour la période 2016-2020. Il dote notre pays d’un programme ambitieux et cohérent de développement à l’horizon 2020, qui tire parti des besoins importants et atouts considérables du pays tout en adressant les enjeux de durabilité et d’inclusion. Le PNDES s’est construit en cohérence avec la Vision « Guinée 2040 », et s’inscrit bien sûr dans les principaux agendas régionaux et internationaux, notamment la Vision 2020 de la CEDEAO, la Vision 2063 de l’Union Africaine pour une transformation structurelle du Continent, et les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030.

Le PNDES repose sur quatre piliers mettant l’emphase sur la bonne gouvernance, la durabilité environnementale, la transformation économique et le développement du capital humain, et faisant la part belle au développement du secteur privé. Cette transformation économique sera tirée par les atouts uniques dont dispose notre pays en matière de ressources minières, hydrauliques et agricoles.

Elle permettra à la Guinée de devenir une puissance régionale en Afrique de l’Ouest, exportatrice d’électricité et de produits agricoles et portée par une croissance à deux chiffres dès 2020.

Nous avons les moyens de nos ambitions et comptons sur le soutien de nos partenaires techniques et financiers pour les concrétiser. C’est pourquoi nous avons décidé de réunir les 16 et 17 novembre 2017, à Paris un Groupe consultatif sur le PNDES, avec le soutien de la Banque mondiale, du Programme des Nations Unies pour le Développement, la Banque Africaine de Développement, la Banque Islamique de Développement et la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique. Ce rendez-vous international a vocation à renouveler l’adhésion des partenaires au développement sur la vision que nous portons pour l’évolution de la Guinée d’ici à 2040 et sur les politiques de développement des cinq prochaines années. Nous comptons à cette même occasion, engager nos partenaires dans le développement des projets structurants du PNDES, pour lesquels nous espérons mobiliser de nombreuses ressources financières, publiques et privées.

La Guinée a l’énergie de l’émergence. Nous comptons sur vous pour la faire grandir avec nous, pour le plus grand bienfait du peuple guinéen.